• Liberté du net

    (misajour le 24 septembre 2008 - Corrections diverses)


    Inquiétudes pour la liberté du Net (Diffusé sur Café blogg le 20 avril 2007)

    En imposant au site internet collaboratif de sauvegarder la totalité des informations générés par les internautes, y compris celle effacé, Un projet de décret suréaliste car techniquement et financièrement totalement irréalisable, menace la liberté d'expression de l'internet français et de mort ou de délocalisation forcé l'ensemble de l'internet participatif français.

    Le dossier du Journal du Net
    ici.
    Un article du Monde
    ici.
    L'intervention de Philippe Jannet
    "L'Etat veut-il tuer Internet en France ?".


    (Suite du 30 avril 2007)...

    Gandi.net, premier bureau d'enregistrement français de noms de domaine Internet pourrait s'expatrier. Le registrar, tout comme le Groupement des éditeurs de services en ligne (Geste), s'inquiète de la publication prochaine du décret dont j'ai déjà parlé dans un billet du 20 avril. Ce dernier décret d'application de la loi pour la confiance dans l'économie numérique (LCEN) imposerait aux prestataires techniques, fournisseurs d'accès Internet, hébergeurs et éditeurs de sites web, de conserver pendant un an toutes les données qui permettent l'identification de leurs utilisateurs.

    Hors outre l'acpect big brother qui met mal à l'aise à peu près tout le monde, l'aspect de cette disposition est techniquement totalement irréalisable.

    Dans
    un billet publié lundi 23 avril 2007 sur le blog de la société, 'Le Bar de Gandi', Stephan souligne : "Gandi a beaucoup fait pour la structuration des lois en France sur notre domaine d'activité (Internet donc), ce n'est pas un combat que nous sommes prêts de laisser de côté, et 'big brother' doit rester une émission de télé réalité trash, pas une réalité tout court". Avant d'ajouter : "Si le texte passe, que nous sommes attaqués sur sa base, que nous sommes condamnés à plusieurs reprises (et donc qu'une jurisprudence négative se dégage), alors Gandi deviendra une société de droit anglais, simplement parce que nous tenons à une certaine idée de cet outil que l'on appelle le Web. Si le seul moyen de pouvoir continuer à exercer notre métier correctement nous demande de devoir nous expatrier, le choix sera rapidement fait ».

    Le malaise est de plus en plus palpable dans le milieu de l'internet français. Philippe Jannet, président du Geste a publié une tribune,
    'L'Etat veut-il tuer Internet en France ?', dans les colonnes du Monde, le 20 avril dernier.


    Note:

    Je revoierai la répartition de l'information sur ce billet (transformation en article) et la correction de la misenpage, qu'en j'aurais le temps... (Vincent)


    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :